Après l'avant-première très attendue, la collection est maintenant sur le point d'être déménagée. Suivez-nous ici jusqu’à l’ouverture le 9 octobre et regardez l’art faire son entrée dans le nouveau bâtiment en jetons un œil en coulisses. Découvrez tout sur l'architecture et la durabilité dans notre série de films.

Un lieu pour l’art et pour le public

Avec l’association du Kunsthaus historique et du bâtiment Chipperfield, reliés par un passage souterrain sous la Heimplatz, c’est le plus grand musée d’art de Suisse qui voit le jour. Les surfaces dédiées à la présentation de l’art passent à 11 500 m2, tandis que la part d’espaces publics fait plus que doubler. Le hall central librement accessible et les ateliers utilisables de multiples manières offrent tout l’espace nécessaire pour favoriser l’interaction entre l’art et le public et intensifier les échanges. Doté d’une boutique, d’un bar, d’une grande salle de réception et d’un jardin (autant d’espaces qui seront accessibles aussi en dehors des heures d’ouverture du musée), le nouveau Kunsthaus s’ouvre sur l’extérieur.

Vision, planification et construction

Série de films de l'extension

5 Vidéos

5 Min

tastende_lichter_small.jpg

Art et batiment

3 Min

still-final.jpg

Architecture

3 Min

Nachhaltigkeit-still.png

viabilité

3 Min

20200330_Episode02_Materialien.00_00_12_11.Standbild005.jpg

Materiaux

3 Min

20191023_Erweiterung_Lichtkonzept.Still2.jpg

Concept de lumière

Journal countdown

Kunst-im-Bau-Erweiterung.jpg

Premières œuvres d’art dans le hall, le bar et le jardin

Pendant plusieurs mois, diverses œuvres ont été restaurées dans les ateliers du Kunsthaus et préparées en vue de leur installation définitive. Suspendu dans le grand hall, un mobile d’Alexandre Calder, «Cinq blancs, un rouge» (1972) donne l’impression de pouvoir presque être touché. La peinture murale de Max Ernst intitulée «Pétales et jardin de la nymphe Ancholie», réalisée en 1934 pour le bar du Corso, sur la place Bellevue, est désormais l’attraction majeure du bar Chipperfield. Les «Formes circulaires» (1930) de Robert Delaunay attirent le regard jusqu’au deuxième étage, et la sculpture «Grundstein» (première pierre) (2014) d’Urs Fischer est posée nonchalamment entre les salles.

En coulisses @kunsthauszuerich

Kunsthaussammlung-Erweiterung.jpg

La collection fait son entrée

Dans les bâtiments historiques, la moitié des pièces a été réaménagée. Munch croise désormais Baselitz, et l’artiste égyptienne Anna Boghiguian partage avec Kader Attia l’ancienne salle de la coupole auparavant consacrée à Böcklin. D’ici à l’inauguration, la collection (essentiellement des œuvres postérieures à 1960) sera progressivement installée dans la nouvelle aile. Dada aura son propre espace, de même que Cy Twombly, Hodler et Segantini, et les nymphéas de Monet passeront de l’autre côté. Bien d’autres œuvres suivront, et seront rejointes par des collections privées.

La collection du Kunsthaus

buehrle-2.png

Collections particulières: Bührle, Merzbacher et Looser

La collection Emil Bührle, connue des amateurs de peinture française du monde entier, s’installe au Kunsthaus. Le concept artistique prévoit de placer cet ensemble de plus de 180 tableaux et sculptures à proximité des salles d’art moderne afin d’offrir au public un continuum entre les époques. Quant à Werner Merzbacher, il partagera avec le public sa passion de l’art à travers un véritable feu d’artifice de couleurs. On pourra ainsi voir les principaux représentants de l’impressionnisme, du fauvisme, des membres de Die Brücke, du Cavalier Bleu, des futuristes et des constructivistes, ainsi que des travaux plus récents, de Lohse à Rist. Last but not least, 70 œuvres du minimalisme, de l’Arte Povera et de l’expressionnisme abstrait sélectionnées dans la collection Looser viendront enrichir avec brio ce panorama.

Voir les collections particulières